Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Anxiété
Titre de l'instrument de mesure
Inventaire d'anxiété situationnelle et de trait d'anxiété (forme Y), IASTA-Y (Spielberger, 1983)
Rfrence

Spielberger, C.D. (1983).  Manual for the State-Trait Anxiety Inventory. Consulting Psychologist Press Inc., Palo Alto, California.

Variables

Le test comporte 40 items qui se séparent équitablement (20-20) en 2 sous-échelles :  l'anxiété situationnelle («state anxiety») et le trait d'anxiété («anxiety trait»). L’échelle d’anxiété situationnelle demande au répondant d’évaluer son niveau d’anxiété au moment présent. Exemples de questions: « Présentement, je me sens calme… », «Présentement, je me sens en sécurité… ». Le répondant indique sa réponse à l’aide d’une échelle de type likert allant de « Pas du tout » à « Beaucoup ». L’échelle de trait d’anxiété quant à elle demande au répondant d’évaluer son niveau d’anxiété dans la vie en général. Exemples de questions: «En général, je me sens bien……..», « En général, je me sens nerveux…». Le répondant indique sa réponse à l’aide d’une échelle de type Likert variant de « Presque jamais » à « Presque toujours».

Rfrence de la traduction

Étude 1 :
Bouchard, S., Gauthier, J., Ivers, H. & Paradis, J. (1996). Adaptation de l'inventaire d'anxiété situationnelle et de trait d'anxiété aux personnes âgées de 65 ans et plus (IASTA-Y65+). La Revue canadienne du vieillissement, 15 (4), 500-513. (études 1 et 2)

NOTE : cet article contient 2 études qui seront nommées Études 1a et 1b, ci-dessous.

Étude 2 :
Bouchard, S., Ivers, H., Gauthier, G. J., Pelletier, M.-H., & Savard, J. (1998). Psychometric Properties of the French Version of the State-Trait Anxiety Inventory (form Y) Adapted for Older Adults. La Revue canadienne du vieillissement , 17 (4), 440-453. (études 3, 4 et 5)

NOTE : cet article comporte 3 études, qui seront nommées Études 2a, 2b et 2c, ci-dessous.

Étude 3 :
Gauthier, J., & Bouchard, S. (1993). Adaptation canadienne-française de la forme révisée du "State-Trait Anxiety Inventory" de Spielberger. Revue Canadienne des Sciences du Comportement, 25(4), 559-578.

Population

Étude 1a :
Un groupe de 22 personnes âgées de 65 à 89 ans (âge moyen= 76,46 ans; e.t.= 9,9) composé de 21 femmes et d'un homme ont complété la forme légèrement agrandie de l'IASTA-Y. Les répondants ont été sélectionnés aléatoirement parmi les Centres de Jour pour personnes âgées de la région de Québec.

Étude 1b :
Cent trente-et-un sujets (105 femmes et 26 hommes) âgés de 65 à 92 ans (moyenne d'âge= 77,5 ans; e.t.= 7) ont rempli l'IASTA-Y65+.  Les participants ont été recrutés dans l'ensemble des Centres de jour de la région de Québec.

Étude 2a :
57 personnes âgées entre 65 et 92 ans (âge moyen = 76,2 , é.t. = 7, femmes = 65%) ont complété le IASTA-Y65+. Les participants ont été recrutés dans des Centres de jour de la région de Québec.

Étude 2b :
188 personnes âgées entre 62 et 91 ans (âge moyen = 75,6, é.t.=6,9, femmes = 75,5%) ont complétés le IASTA-Y65+. Les participants ont été recrutés dans des Centres de jour de la région de Québec et de Coaticook.

Étude 2c :
46 participants âgés entre 65 et 89 ans (âge moyen=73,7, é.t.=5,2) ont complété le IASTA-Y65+ à deux reprises avec 35 jours d’intervalle.

Type de traduction

Étude 3 :
La traduction de l'instrument s'est effectuée en plusieurs étapes. Tout d'abord, une traduction simple, réalisée par une traductrice professionnelle, a été révisée par un comité de huit traducteurs professionnels indépendants. La traduction, légèrement modifiée, a été présentée à 15 personnes qui devaient évaluer la compréhension des consignes et des items. Cette procédure a révélé que les 15 personnes et les traducteurs ont donné la même signification aux items de l'échelle. Par la suite, neuf personnes bilingues spécialistes de l'anxiété ont évalué la traduction du STAI-Y en jugeant la traduction de chaque énoncé comme «bonne», «satisfaisante» ou «insatisfaisante».  Les critères étaient le contenu, la signification, la forme et la clarté de l'énoncé. En cas d'insatisfaction, ils étaient invités à suggérer une autre traduction.  Certains items ont ainsi subi une révision mineure. Un mois plus tard, les mêmes juges ont été de nouveau invités à se prononcer sur la traduction des items.  Six d'entre eux ont retourné leurs commentaires et jugent la traduction de 36 des 40 énoncés bonne ou satisfaisante. Cependant, un calcul de la moyenne des évaluations (bonne = 100 points; satisfaisante = 50 points; insatisfaisante = 0 point) indique que la traduction des items s'avère «satisfaisante».  Cette traduction a été adoptée.

Prtest

Étude 3 :
Neuf hommes et 54 femmes âgés de 19 à 36 ans (âge moyen = 23 ans) ont participé au prétest.  Ces sujets sont étudiants en traduction à l'Université Laval ou finissants en secrétariat avec une formation en anglais.  Les participants ont été répartis aléatoirement en trois groupes.  Chacun des trois groupes a répondu à l'inventaire à deux reprises avec un intervalle de 14 jours.  Le premier groupe a répondu à la version anglaise puis française, le second, à la version française puis anglaise et le troisième, à la version française à deux reprises.  Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre les groupes, ni entre les temps.  L'analyse de corrélation suivante porte sur les groupes 1 et 2.  Les versions anglaise et française de l'échelle d'anxiété situationnelle corrèlent à 0,46 (p<0,05), alors que la corrélation entre les deux versions de l'échelle de trait d'anxiété atteint 0,82 (p<0,05).  Ces deux corrélations, comparées par le test z de Fisher, s'avèrent significativement différentes (z=2,88, p<0,05).

Pour identifier si un problème de compréhension des items expliquerait la faible corrélation de l'échelle d'anxiété situationnelle, la corrélation entre les scores obtenus au temps 1 et au temps 2 du groupe 3 a été calculée.  Ce résultat est significatif (r=0,64, p<0,05) et comparable aux versions anglaise et française (z=0,92), suggérant ainsi qu'il n'y a pas eu de mauvaise interprétation des énoncés de l'échelle d'anxiété situationnelle.  Finalement, la corrélation entre les scores de l'échelle de trait d'anxiété au temps 1 et au temps 2 est de 0,94 (p<0,001) chez les répondants du groupe 3.

Fidlit

Étude 1a :
Cohérence interne: des corrélations item-total (l'item ayant été préalablement retiré de l'échelle) s'étendent de -0,17 à 0,85 pour l'échelle d'anxiété situationnelle et de -0,08 à 0,70 pour l'échelle de trait d'anxiété, présentant ainsi une grande variation et une faible homogénéité des items.  Dans la version originale de l'instrument, Spielberger ne retenait que les coefficients de corrélation supérieurs à 0,35.

Étude 1b :
Cohérence interne: des corrélations item-total (l'item ayant été préalablement retiré de l'échelle) pour l'échelle d'anxiété situationnelle s'étendent de 0,38 à 0,73 chez les femmes et de 0,38 à 0,77 chez les hommes.  Tous les coefficients de corrélation pour l'échelle d'anxiété situationnelle sont supérieurs au critère de Spielberger (r=0,35).  Les corrélations item-total pour l'échelle de trait d'anxiété vont de 0,00 à 0,75 chez les femmes et de -0,04 à 0,86 chez les hommes. Tous les coefficients de corrélations sont supérieurs à 0,40, sauf les items 24 et 35.

Étude 2b :
L’analyse factorielle sur 39 des 40 (en supprimant l’item 24) confirment la structure à quatre facteurs (« absence d’anxiété situationnelle », « absence de trait d’anxiété », « présence d’anxiété situationnelle » et « présence de trait d’anxiété » obtenue par Gauthier et al (1993). Cette structure explique 46,9 % de a variance totale.

Étude 2c :
Des coefficients de corrélation test-retest avec intervalle de 35 jours ont été calculés. Dans l’analyse, l’item 24 a été supprimé et remplacé par la moyenne des items « anxiété présente » comme suggéré par les auteurs dans l’étude 3. Les coefficients obtenus sont de 0,80 et 0,88 pour les échelles d’anxiété situationnelle et de trait d’anxiété respectivement.

Étude 3 :
Les études de fidélité portent sur un échantillon de 1080 étudiants (737 femmes et 343 hommes) âgés de 19 à 55 ans (âge moyen = 24 ans).

Cohérence interne: des corrélations item-total (l'item ayant été préalablement retiré de l'échelle) pour l'échelle d'anxiété situationnelle s'étendent de 0,35 à 0,69 chez les femmes et de 0,36 à 0,74 chez les hommes.  Les corrélations item-total pour l'échelle de trait d'anxiété vont de 0,42 à 0,65 chez les femmes et de 0,40 à 0,67 chez les hommes.  Tous les coefficients de corrélation pour les deux échelles (anxiété situationnelle et trait d'anxiété) sont supérieurs au critère de Spielberger (r=0,35)

Validit

Étude 3 :
Analyse factorielle: Trois structures factorielles ont ressorti des analyses:

1- Une solution à deux facteurs avec un premier facteur correspondant principalement à l'échelle de trait d'anxiété et un second, à l'échelle d'anxiété situationnelle.  Ces deux facteurs expliquent 79 % de la variance de l'échantillon féminin et 75% de la variance de l'échantillon masculin.  La saturation des items est supérieure ou égale à 0,40 pour 38 des 40 énoncés chez les femmes et supérieure ou égale à 0,40 pour 37 des 40 items pour l'échantillon d'hommes.  Cette structure factorielle à deux facteurs correspond au construit théorique de l'IASTA-Y.

2-Une solution à trois facteurs est également ressortie des analyses mais n'a pas été retenue puisqu'elle ne formait aucun construit psychologique identifiable.  Effectivement, plus d'une dizaine d'items présentaient une saturation élevée sur plus d'un facteur.

3-Une structure à quatre facteurs explique 94% de la variance de l'échantillon féminin et 90% chez l'échantillon masculin.  Toutefois l'ordre des facteurs est différent pour les deux échantillons.  Les quatre facteurs sont l'absence d'anxiété sur les échelles d'anxiété situationnelle et de trait d'anxiété et la présence d'anxiété sur les mêmes échelles.  Spielberger avait, lui aussi, mentionné quatre facteurs axés sur l'absence et la présence d'anxiété pour chacune des échelles.

Validité de construit: pour réaliser cette étude de validité, 83 étudiants (58 femmes et 25 hommes) âgés entre 19 et 55 ans (âge moyen = 22 ans) ont répondu à deux reprises à l'IASTA-Y.  La première fois dans des conditions favorables et non-anxiogènes et la seconde (28 jours plus tard) quelques moments avant un examen de fin de session qui coïncidait avec la fin d'une période de grève des professeurs. Cette dernière situation est jugée anxiogène. Les chercheurs s'attendaient à ce qu'en situation d'examen les résultats à l'échelle d'anxiété situationnelle augmentent et que les scores à l'échelle de trait d'anxiété restent relativement stables. Les résultats démontrent, qu'effectivement, le score à l'échelle d'anxiété situationnelle est plus élevé «en situation d'examen qu'en situation de non-examen», alors que les scores à l'échelle de trait d'anxiété semblent tout à fait similaires d'une situation à l'autre.

Normes

Référence pour les normes :
Ivers, H, Gauthier, J, Bouchard, S. (1996). Normes de l’Inventaire d’Anxiété Situationnelle et de Trait d’Anxiété pour les Personnes Âgées (IASTA- 65+).  Document inédit. École de psychologie de l’Université Laval (H. Ivers et J. Gauthier) et Département de psychoéducation de l’Université du Québec à Hull (S. Bouchard).

Personnes ressources

Version originale: Charles D. Spielberger, Ph.D
Psychology Department, University of South Florida
Téléphone : (813)974-2492
Télécopieur : (813)974-4617
Courriel : spielber@luna.cas.usf.edu

Version française : Stéphane Bouchard
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cyberpsychologie clinique
Département de psychoéducation et de psychologie
Courriel : stephane.bouchard@uqo.ca

Version française: Janel Gauthier, Ph.D.
École de psychologie, Université Laval
Téléphone : 418 656-2131, poste 2592
Télécopieur : 418 656-3646
Courriel : Janel.Gauthier@psy.ulaval.ca

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Ralisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page