Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Coping
Titre de l'instrument de mesure
Sept histoires pour personnes âgées, SHiPA
Référence

Bouisson, J. (2005). Validation d’une nouvelles épreuve projective pour les personnes âgées : le SHiPA. Psychologie française, 50, 403-418.

Compagnone, P.D., Bergua, V., Bouisson, J. (2006). Utilisation des « Sept histoires pour personnes âgées » (SHiPA) : une analyse centrée sur la personne. Psychologie & neuropsychiatrie du vieillissement, 4(4), 299-309.

Variables

Ce questionnaire est composé de 7 débuts d’histoire que le répondant doit compléter. Ces histoires permettent d’étudier le contrôle, la distance et la relation à l’autre du répondant. Ces 3 facteurs : 1- le sentiment de contrôle (c), 2- la relation à autrui (a), 3- la distance à l’histoire (d) sont évalués de manière distinct, expliquée en détail dans l’article. Exemple de question : « Je vais vous lire sept histoires dont on n’a écrit le début. C’est à vous d’inventer la fin de ces histoires, en imaginant absolument ce que vous voulez. Êtes-vous prêt(e) pour la première histoire?... 1. En voulant changer une ampoule chez elle, où elle vit seule, Madame M. est tombée du tabouret où elle était montée. Elle ne peut plus se relever, ni même appeler parce que la situation se déroule dans sa cave. Il est midi et sa belle-fille ne doit venir la voir que dans la soirée. Que peut faire Madame M. en attendant? ».

Référence de la traduction

L'instrument a été conçu en français.

Population

Cent trente-cinq personnes âgées de 62 à 101 ans (femmes = 102 femmes, âge moyen = 79,5 ans). Dix-neuf pour cent des sujets sont en maison de retraite, 81% sont rencontrés à domicile ou dans des clubs seniors.

Type de traduction

L'instrument a été conçu en français.

Prétest

À prime abord, deux jeux de 8 histoires, chacun fut testés durant 5 ans, sur 150 personnes âgées de 75 à 98 ans. Après ce temps, les histoires ont été retravaillées pour réduire la longueur de chaque histoire à moins de 80 mots et faire un seul jeu de 7 histoires. Cette nouvelle version a été présentée à 46 sujets de 75 à 85 ans. Encore une fois, il y eu réduction de la longueur des récits pour donner la version finale du questionnaire : 7 questions de 32 à 65 mots.

Fidélité

Fidélité inter-juges : Le Kappa moyen obtenu est de 0,79 ce qui démontre un bon niveau d’accord entre les deux juges.

Cohérence interne : l’alpha de Cronbach a été calculé pour chacun des facteurs. Pour (c) α=0,63, pour (a) α=0,65 et pour (d) α=0,82.

Stabilité temporelle : 45 des 135 sujets ont fait objet d’une analyse test-retest (6 semaines d’intervalle). Les corrélations entre les deux évaluations sont de r=0,63 pour (c), r=+0,64 pour (a) et r=0,77 pour (d).

Validité

Validité concomitante : Les sous-échelles du SHiPA ont été comparées au MMSE (Folstein, 1975), au Geriatric Depression Scale (GDS; Yesavage et al., 1983), l’échelle hiérarchique d’internalité pour personnes âgées (EHIPA; Alaphilippe et Chasseigne, 1993), l’échelle d’anxiété état-trait (STAI; Spielberg et al., 1983) et l’échelle de préférences de routinisation (EPR; Bouisson, 2002). Résultant de ces corrélations, les auteurs ont trouvé que le facteur (c) est corrélé de façon positive avec le EHIPA et le MMS, est corrélé négativement avec le GDS, le STAI et l’EPR. Le facteur (a) démontre les mêmes liens (plus significatifs même) que le facteur (c), à l’exception du lien avec l’EPR. Finalement, le facteur (d) est corrélé positivement avec le MMS et négativement avec le GDS, le STAI et surtout l’EPR.

Normes

Les données normatives globales et selon le sexe sont présentées sous forme de tableau.

Personnes ressources

Version originale : Jean Bouisson
Laboratoire de psychologie clinique et psychopathologie
Université Victor-Segalen Bordeaux2
Courriel : jean.bouisson@psyger.u-bordeaux2.fr 

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Réalisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page