Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Croyances
Titre de l'instrument de mesure
Inventaire des croyances
Référence

Freeston, M. H., Ladouceur, R., Gagnon, F., & Thibodeau, N. (1993). Beliefs About Obsessional Thoughts. Journal of Psychopathology and Behavioral Assessment, 15(1), 1-21.

NOTE: cette article décrit 6 études nommées Études 1, 2, 3, 4, 5 et 6 ci-contre.

Variables

L'inventaire des croyances contient 20 items illustrant les attitudes possibles qu'une personne peut avoir à l'égard de ses propres pensées. Le répondant doit indiquer, selon lui, dans qu'elle mesure les affirmations sont vraies ou fausses. L`échelle varie de 1 (Je crois fermement que cet énoncé est faux) à 6 (Je crois fermement que cet énoncé est vrai). Exemples d'énoncés: « 1- En elles-mêmes, les pensées sont inoffensives, 2- L'incertitude ne devrait pas déranger, 3- La culpabilité est une réponse appropriée aux pensées inacceptables ».

Référence de la traduction

L'instrument a été conçu en français.

Population

Étude 1 :
Cent vingt-cinq étudiants en psychologie de l'Université Laval (Femmes = 64%).

Étude 2 :
Deux cent soixante-cinq étudiants universitaires (146 femmes, âge moyen = 27,1, é.t. = 7,25; 111 hommes, âge moyen = 25,9, é.t. = 6,4).

Étude 3 :
Soixante et un étudiants dans un cours d'introduction à la psychologie (48 femmes, âge moyen = 25,2 ans, é.t. = 7,4; 13 hommes, âge moyen = 22,6, é.t. = 3,4).

Étude 4 :
Quatorze patients rencontrant les critères du DSM-III-R pour le trouble obsessionnel compulsif (6 hommes et 6 femmes, âge moyen = 34,3 ans, é.t. = 10)  et  6 participants contrôle appariés (âge moyen =  33,4, é.t. = 9,7).

Étude 5 :
Vingt-trois étudiants universitaires se divisant en deux catégories de style cognitif pour la gestion des pensées intrusives (selon leurs résultats au CIQ): la stratégie d'attention minimale (3 hommes et 7 femmes, âge moyen = 24,4, é.t.= 3,5) et la stratégie d'évasion ou de fuite (4 hommes et 9 gemmes, âge moyen = 23,5, é.t. = 3,5).

Étude 6 :
Cinq cent soixante-dix-sept participants adultes recrutés dans les salles d'attentes du Centre Hospitalier de l'Université Laval (Femmes = 64%, âge moyen femmes = 37,5, é.t.= 12,6; âge moyen hommes = 37,8, é.t. = 12,4). 

Type de traduction

L'instrument a été conçu en français.

Prétest

Étude 1 :
65 items (jugés pertinent par au moins 6 juges sur 7) ont été divisés en deux tests. Les tests ainsi que le Cognitive Intrusion Questionnaire (CIQ) ont ensuite été distribués aléatoirement aux participants. Chacun des items a ensuite été corrélé aux résultats obtenus aux trois items du CIQ mesurant les pensées intrusives. Les items corrélant significativement avec un ou plus des trois items furent retenus. Les 31 items restant furent combinés pour former un seul test.

Étude 2 :
Le questionnaire à 31 items et le CIQ furent distribués aux participants. À l'aide du CIQ, les participants correspondant au style cognitif de « stratégie d'attention minimale » et de « stratégie d'évasion ou de fuite » (pour la gestion des pensées intrusives) furent identifiés. Seuls les items de l'inventaire des croyances permettant de discriminer entre ceux deux groupes furent conservés. Des données psychométriques préliminaires ont également été obtenus : L'apha de Cronbach pour l'échelle totale (0,76), les corrélations items-total (0,13-0,52), et une analyse en composantes principales identifiant trois facteurs qui expliquent chacun 19,6%, 10,5% et 8,4% de la variance. 

Fidélité

Étude 3 : Le coefficient alpha de Cronbach pour l'échelle globale est de 0,82 alors que le coefficient de stabilité temporelle avec un intervalle de quatre semaines est de 0,70.

Validité

Étude 3 :
Des corrélations avec d'autres mesures des symptômes obsessionnels et des croyances irrationnelles ont été obtenues. L'inventaire des croyances obtient des corrélations positives et significatives avec le « Belief Scale » de Malouf & Schutte (1986, r=0,59), le LPO (Liste des pensées obsédantes, Bouvard et al., 1989, r=0,47) et le « Beck Anxiety Inventory » (BAI, 1988, r=0,40). Aucune corrélation significative n'est obtenue pour le BIDR (Sabourin et al., 1989; version abrégée du « Beck Depression Inventory », 1979) et ses sous échelles. 

Étude 4 :
L'étude démontre que le test discrimine bien entre un groupe d'individus souffrant de troubles obsessionnels-compulsifs et un groupe de sujet contrôle. La moyenne des scores est significativement plus élevée pour le groupe clinique (t=4,11, p < 0,0005).

Étude 5 :
L'analyse démontre que l'inventaire des croyances permet de discriminer entre les personnes utilisant la « stratégie cognitive d'attention minimale » et ceux utilisant la « stratégie d'évasion ou de fuite » pour gérer les pensées intrusives.

Étude 6 :
Une série d'analyses de régression démontrent que l'inventaire des croyances est un bon prédicteur des symptômes du syndrome obsessionnel-compulsif (mesurés à l'aide du PI). 

Normes

Non mentionné.

Personnes ressources

Version originale française : Mark Freeston
Professor of Clinical Psychology, School of Neurology, Neurobiology and Psychiatry
Faculty of Medical Sciences
University of Newcastle
Téléphone : +44 (0)191 222 7925
Télécopieur : +44(0)191 222 7520
Courriel : mark.freeston@nmht.nhs.uk

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Réalisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page