Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Troubles cognitifs
Titre de l'instrument de mesure
Questionnaire de plainte cognitive, QPC
Référence

Étude 1 :
Thomas Antérion, C., Ribas, C., Honoré-Masson, S., Berne, G., Ruel, J.H., Laurent, B. (2003). Le questionnaire de plainte cognitive (QPC) : un outil de recherche de plainte suspecte d’évoquer une maladie d’Alzheimer? L’Année Gérontologique, 17, 56-65.

Étude 2 :
Thomas-Antérion, C., Ribas, C., Honoré-Masson, S., Million, J., Laurent, B. (2004). Évaluation de la plainte cognitive de patients Alzheimer, de sujets MCI, anxiodépressifs et de témoins avec le QPC (Questionnaire de Plainte Cognitive). Neurologie-Psychiatrie-Gériatrie, 4(20), 30-34.

Variables

Ce questionnaire a pour but d’aider les médecins à repérer une plainte, à différencier une plainte suspecte d’une plainte bénigne et d’orienter le plus tôt les patients vers une consultation de mémoire spécialisée. Il comporte 10 questions divisées en 2 sections : une partie destinée au patient et l’autre destinée à l’accompagnant. Toutes les questions se répondent par « oui » ou « non ». Les deux premières questions (A et B) sont préalables au reste du questionnaire; une réponse négative aux deux questions interrompt le questionnaire. Les 8 autres questions (1 à 8) concernent des domaines où sont fréquemment rapportés des changements, dès le début d’une maladie d’Alzheimer. Exemples de questions : « Avez-vous ces six derniers mois (et ce, de façon plus importante qu’avant) : 1. RESSENTI l’impression d’enregistrer moins bien les événements et/ou entendu plus souvent vos proches dire ²je te l’ai déjà dit²… 2. OUBLIE un rendez-vous important ».

Référence de la traduction

L'instrument a été conçu en français.

Population

Étude 1 :
Cent vingt-huit sujets ont participé à cette étude, dont 49 présentant une maladie d’Alzheimer (MA) soit légère, modérée ou moyenne et 64 sujets témoins appariés par âge, sexe et niveau culturel. Ces sujets témoins sont sans pathologie neurologique ou psychiatrique.

Étude 2 :
Cent soixante-seize personnes ont participées à cette étude. L’échantillon a été divisé en 6 groupes : Group 1 = 19 sujets ayant une maladie d’Alzheimer (MA) débutante dont l’âge moyen est de 74,3 ans et ayant un score moyen de 26,1 au MMSE; Groupe 2 = 18 sujets avec une MA modérée dont l’âge moyen est de 73,8 ans et le score moyen de 23,3 au MMSE; Groupe 3 = 12 sujets ayant une MA moyenne dont l’âge moyen est de 77,5 ans et le score moyen est de 19,3 au MMSE; Groupe 4 = 15 sujets présentant un MCI (déficit cognitif léger) dont l’âge moyen est de 71 ans et un score moyen de 26,9 au MMSE; Groupe 5 = 24 sujets dépressifs dont l’âge moyen est de 60,9 ans et le score moyen de 28,5 au MMSE; Groupe 6 = 88 sujets témoins appariés par âge, sexe et niveau culturel.

Type de traduction

L'instrument a été conçu en français.

Prétest

Études 1 et 2 : Non mentionné.

Fidélité

Études 1 et 2 : Non mentionné.

Validité

Étude 1 :
Seule la question 2 concernant le rappel des rendez-vous ne permet pas de distinguer les patients des témoins. De plus, le pourcentage de réponses positives aux questions n’est corrélé ni à l’âge, ni au sexe, ni au niveau culturel ce qui traduit probablement que les questions ont été sélectionnées sur leur caractère fréquent dans la maladie d’Alzheimer et donc non liées à ce type de facteur. Finalement, dans 94% des cas, les témoins fournissent au maximum deux réponses oui au QPC.

Étude 2 :
Cette étude corrobore les résultats obtenus à l’Étude 1, concernant la différence entre patients souffrant de MA et les témoins. Pour ce qui est des différences entre dépressifs et patients souffrant de MA, les dépressifs se plaignent moins de changement de fonctionnement récent (question A), tandis que les questions 1 et 6 ne distinguent pas les patients pathologiques (déments, MCI et dépressifs) entre eux. Aussi, si le patient se plaint seulement à la question 2, c’est un signe en faveur d’un syndrome dépressif. De plus, la question 3, 4 et 5 permet de distinguer les déments des autres sujets pathologiques et les questions 7 et 8 permettent de distinguer les déments des autres sujets (dépressifs et témoins). Finalement, les patients MCI ne se plaignent que d’un changement de mémoire.

Normes

Étude 1 :
Les auteurs considèrent qu’un patient répondant «oui» au moins trois fois OU oui aux questions B, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8 devrait bénéficier d’une surveillance ou d’un bilan.

Étude 2 :
Les auteurs considèrent une surveillance ou un bilan nécessaire lorsque le patient : 1) obtient un score de 3 ou plus et/ou 2) répond «oui» à la question 5, 4, 7, et 8 et/ou 3) répond «oui» aux questions A, B et 3.

Personnes ressources

Version originale : Catherine Thomas-Antérion
Neurologue, Unité de Neuropsychologie, CHU Bellevue
Courriel : catherine.thomas@chu-st-etienne.fr

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Réalisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page