Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Troubles cognitifs
Titre de l'instrument de mesure
Le test des cloches
Référence

Étude 1 :
Gauthier, L., Deahut, F., Joannette, Y. (1989). The bells test : a qualitative and quantitative test for visual neglect. International Journal of Clinical Neuropsychology, 11(2), 49-54.

Étude de validation:
Étude 2 :
Vanier, M., Gauthier, L., Lambert, J., Pepin, E.P., Robillard, A., Dubouloz, C.J., Gagnon, R., Joannette, Y. (1990). Évaluation of the left visuospatial neglect: norms and discrimination power of two tests. Neuropsychology, 4, 87-96

Variables

La conception du test des cloches était basée sur le même concept que le test d’Albert : 7 colonnes (3 à droite, 3 à gauche et une médiane), chacune contenant un nombre prédéterminé d’objets cible. Dans le test des cloches, on retrouve 35 cloches parmi environ 300 autres objets de distraction. La distribution des cloches semble aléatoire, mais il y en fait 5 cloches dans chacune des 7 colonnes. Le but de ce test est d’évaluer le balayage visuel et identifier les personnes qui ont soit un déficit attentionnel ou une héminégligence visuelle.

Pour les instructions d’administration en français et la cotation du test des cloches, voir le document de la filière « Échelle de négligence : test de négligence : Bell’s test » tiré du site du Collège des enseignants de médecine physique et de réadaptation (COFEMER).

Référence de la traduction

Seules les instructions du test doivent être traduites et celles-ci ont été conçu à la fois en anglais et en français.

Population

Étude 1 :
Cinquante-neuf sujets droitiers ont participé à l’étude. De ces 59, 20 étaient des sujets contrôle, 19 avaient souffert d’un ACV unilatéral droit (ACVD) et 20 d’un AVC unilatéral gauche (ACVG). Des sujets contrôle, 12 étaient des femmes et l’âge moyen était de 71,2 ans (ÉT=5,1 ans). Les patients ayant souffert d’une ACVD, 6 étaient des femmes et l’âge moyen était de 67,7 ans (ÉT=10,2 ans). Du groupe ACVG, 13 étaient des femmes et l’âge moyen était de 69,3 ans (ÉT=7,3 ans).

Étude 2 :
Quatre-vingt-sept participants dont 40 étaient des sujets contrôle âgés entre 39 et 84 ans (âge moyen = 65,2 ans) et 47 des adultes droitiers ayant subit un infarctus dans l’hémisphère droit et âgé entre 32 et 87 ans (âge moyen = 63,9 ans).

Type de traduction

Études 1 et 2 : Non mentionné.

Prétest

Études 1 et 2 : Non mentionné.

Fidélité

Études 1 et 2 : Non mentionné.

Validité

Étude 1 : Non mentionné.

Étude 2 :
Validité discriminative :le test des cloches a permis d’identifier 22 (46,8%) patients avec une héminégligence gauche dont 4 avaient aussi une négligence droite. Les auteurs remarquent alors que le test a un meilleur pouvoir de discrimination pour la négligence gauche que la négligence droite.

Validité concomitante : le test des cloches a été comparé au test d’Albert et les auteurs ont trouvé que le test des cloches démontre 3 fois plus de négligence gauche que le test d’Albert. De plus, le test des cloches identifie plus d’héminégligence que le test d’Albert avec un critère de ³1 (46,8% vs. 27,7%, p<0,05) ou de ³2 (46,8% vs. 14,9%, p=0,001).

Finalement, les omissions étaient plus nombreuses dans toutes les colonnes du test des cloches que dans le test d’Albert, ce qui suggère une meilleure précision d’évaluation avec le test des cloches.

Normes

Étude 1 :
Un score total de moins de 32 (plus de 3 omissions) suggère un déficit attentionnel. Pour des patients ayant une atteinte cérébrale au côté droit, une omission de 6 cloches ou plus dans la moitié contra latérale du test peut être signe d’une négligence visuelle. Cette négligence sera très souvent du côté gauche du test.

Étude 2 :
Les normes utilisées dans cette étude pour identifier les personnes avec une négligence visuelle sont les suivantes : 2 omissions ou plus dans 3 colonnes de droite ou 3 colonnes de gauche pour le test d’Albert et 4 omissions ou plus dans les 3 colonnes de droite ou les 3 colonnes de gauche pour le test des cloches.

Personnes ressources

Marie Vanier
Professeur agrégée, Faculté de médecine – École de réadaptation
Université de Montréal
Téléphone : 514-343-6657
Courriel : marie.vanier@umontreal.ca

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Réalisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page