Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Dépression
Titre de l'instrument de mesure
Échelle de plaisir-déplaisir physique, EPD-P
Référence

La partie « plaisir » de l’échelle :
Fawcett, J., Clarck, D.C., Scheftner, W.A., & Gibbons, R.D. (1983). Assessing anhedonia in psychiatric patients; the pleasure scale. Archives of General Psychiatry, 40, 79-84.

Ajout de la partie « déplaisir » de l’échelle :
Hardy, P., Jouvent, R., Lanceron, S., Roumengous, V., Féline, A. (1986). L’échelle de plaisir-déplaisir : utilisation dans l’évaluation de la maladie dépressive. L’Encéphale, 12, 149-154.

Variables

Le questionnaire original contenait 82 items évaluant le plaisir-déplaisir de plusieurs aspects. L’échelle en question, l’EPD-P, contient les 21 items de cette échelle originale qui sont axés sur le plaisir-déplaisir physique seulement.

Le sujet doit coter chacun des 21 items sur une échelle de 1 (déplaisir extrême et ultime) à 9 (plaisir extrême et ultime), en passant par 5 (ni plaisir, ni déplaisir). Chaque item représente un événement ou une situation qui peut avoir une influence sur l’humeur des gens. Exemples de questions : « […] indiquez l’intensité de plaisir ou de déplaisir que chaque situation susciterait chez vous, EN CE MOMENT, et selon l’humeur qui est la vôtre. 1- Assis, vous regardez un magnifique coucher de soleil dans une région sauvage du monde; 2- Vous marchez dans la rue lorsqu’une voiture roule dans une flaque et vous éclabousse des pieds à la tête.; Vous écoutez une belle musique dans un cadre paisible; … ». Le score se calcul en deux scores : le score sur la sous-échelle de plaisir (FCPCS-PP) s’obtient par la sommation des items 1, 3, 5, 7, 10, 12, 13, 14, 15, 18, 19 et 20; le score sur la sous-échelle de déplaisir (HDCS-PD) s’obtient par la sommation des items 2, 4, 6, 8, 9, 11, 16, 17, 21.

Référence de la traduction

Traduction de la partie « plaisir » et ajout de la partie « déplaisir » :
Étude 1 :
Hardy, P., Jouvent, R., Lanceron, S., Roumengous, V., Féline, A. (1986). L’échelle de plaisir-déplaisir : utilisation dans l’évaluation de la maladie dépressive. L’Encéphale, 12, 149-154.

Version abrégée de l’échelle plaisir-déplaisir, concentrée sur l’aspect physique :
Étude 2 :
Loas, G., Salinas, E., Pierson, A., Guelfi, J.D., Samuel-Lajeunesse, B. (1994). Anhedonia and blunted affect in major depressive disorder. Comprehensive Psychiatry, 35(5), 366-372.

Étude 3 :
Loas, G., Boyer, P., Fremaux, D., Gayant, C., Chaperot, C., & Hardy, P. (1995). L’échelle de plaisir-déplaisir physique (EPD-P) : étude de validation chez 295 sujets. Revue Européenne de Psychologie Appliquée, 45, 193-197.

Population

Étude 1 :
Cette étude a évalué 81 patients déprimés hospitalisés, répondants aux critères du DSM III (femmes = 45, âge moyen = 43,6 ans) et 120 sujets contrôles (femmes = 70, âge moyen = 39,2 ans) recrutés parmi l’entourage du personnel hospitalier.

Étude 2 :
Cette étude comprend deux groupes distincts. Le premier est composé de 61 patients hospitalisés pour un trouble dépressif majeur (12 bipolaires, 49 unipolaires). L’échantillon est majoritairement féminin (n=46) et l’âge moyen des sujets était de 43,9 ± 12 ans. Le second group est constitué de 61 sujets sans trouble dépressif (score <10 à l’inventaire de dépression de Beck) dont l’âge moyen est de 35,7 ± 14,3 ans. Cet échantillon comporte également une majorité de femmes (n=47).

Étude 3 :
L’échantillon étudié est divisé en trois groupes. Le premier regroupe 221 personnes de la population générale, âgées entre 17 et 67 ans (femmes = 119, âge moyen = 31,8), n’ayant aucun antécédent d’hospitalisation ou de suivi psychiatrique et ayant un score de moins de 10 à l’inventaire de dépression de Beck (BDI). Le second groupe comprenait 42 déprimés (femmes = 19, âge moyen 49,5 ± 12,2 ans) hospitalisés dans le service hospitalo-universitaire de psychiatrie de l’hôpital Pinel d’Amiens. Le troisième groupe était consitué de 32 sujets sains sélectionnés parmis les élèves et les cadres d’un centre de formation infirmier, sans antécédent de suivi ou d’hospitalisation en psychiatrie et présentant un score <10 au BDI.

Type de traduction

Étude 1 : Non mentionné.

Étude 2 et 3 : Les auteurs ont utilisé les items provenant de la version française du questionnaire EPD conçu par Hardy et al. (1986).

Prétest

Études 1, 2 et 3 : Non mentionné.

Fidélité

Étude 1 :
Cohérence interne : Chaque item a été corrélé avec la sous-échelle correspondante (plaisir ou déplaisir) afin d’évaluer la cohérence interne de la sous-échelle de plaisir et celle de déplaisir. Pour ce qui est de la sous-échelle de plaisir, tous les items étaient corrélés significativement avec la sous-échelle chez les sujets contrôle, de même pour les sujets dépressifs à l’exception des items 18 et 73. Pour l’échelle de déplaisir, tous les items étaient significativement corrélés à la sous-échelle, pour les sujets dépressifs et contrôles.

Étude 2 :
Cohérence interne : Les coefficients alpha de Cronbach  pour chacune des sous-échelles sont les suivants : échelle de plaisir : α=0,75 pour le groupe normal et α=0,78 pour le groupe dépressif; échelle de déplaisir : α=0,6 pour le groupe normal, α=0,63 pour le groupe dépressif.

Étude 3 :
Cohérence interne : Pour la sous-échelle du plaisir : α=0,71; corrélation moyenne inter-item de 0,17; corrélations item-score total allant de 0,37 à 0,55 (p<0,05). Pour la sous-échelle du déplaisir : α=0,7; corrélation moyenne inter-item de 0,2; corrélations items-socre total variant de 0,33 et 0,65 (p<0,05).

Stabilité temporelle : Une analyse test-retest fait avec le groupe des 32 sujets sains montre une corrélation entre les deux évaluations de 0,62 (p<0,01) pour la sous-échelle du plaisir et de 0,83 (p<0,001) pour la sous-échelle du déplaisir.

Validité

Étude 1 :
Une étude de variance à 3 facteurs, réalisée sur l’échantillon global, a montré que le score de déplaisir est indépendant du facteur dépression, du facteur sexe mais lié au facteur niveau d’études : les sujets ayant un bas niveau d’études éprouvent plus de déplaisir que les autres.

Étude 2 :
Une analyse en composantes a révélé une solution à 7 facteurs expliquant 59,7% de la variance totale. Par contre, en examinant le pourcentage de variance de chaque item, les auteurs ont retenu les 2 premiers facteurs expliquant 28,8% de la variance totale (16,7% et 12,1%) avec les autres facteurs n’expliquant pas plus que 8%. Les 12 items associés au facteur 1 correspondent aux items de la sous-échelle du plaisir et le 9 items associés au facteur 2 correspondent à la sous-échelle du déplaisir.

De plus, la validité discriminante du questionnaire a été démontrée par le fait que le groupe dépressif a eu un score significativement moins élevé que le groupe normal sur les deux sous-échelles.

Étude 3 :
Validité simultanée : La sous-échelle du plaisir est négativement corrélée avec la PAS (échelle anhédonie physique de Chapman et al, 1978); r=-0,39, p<0,05.

Validité discriminante : Les déprimés majeurs ont un score significativement plus faible à la sous-échelle de plaisir, par rapport aux sujets sains (81,1 versus 91; t=3,9, p<0,0001). Par contre, il n’y a pas de différence significative entre les scores de ces deux groupes sur la sous-échelle de déplaisir.

Normes

Étude 1 et 2 : Non mentionné.

Étude 3 : Les notes brutes et les notes T correspondantes, divisées selon la sous-échelle, sont données sous forme de tableau, pour les 221 sujets sains.

Personnes ressources

Version originale : Jacqueline Fawcett, Ph.D.
Professor, Department of Nursing
University of Massachusetts Boston
Téléphone : (617) 287-7539
Courriel : jacqueline.fawcett@umb.edu

Version française complète (EPD) : Patrick Hardy
Professeur des universités - Praticien hospitalier
Hôpital de Bicêtre
Téléphone : 01 45 21 25 24

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Réalisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page