Accueil  
Contactez-nous  
English  
 


Catégorie
Fonctionnement social
Titre de l'instrument de mesure
Échelle d'adaptation sociale II (EAS-II)
Rfrence

Schooler, N., Hogarty, G., & Weissman, M. (1979). Social adjustment scale II (SAS-II). Dans W.A. Hargreaves, C.C. Attkisson, J.E. Sorenson (Éds), Ressource Materials for Community Mental Health Program Evaluators (pp. 290-303). Rockville, M.D.: United States Department of Health, Education and Welfare.

Variables

Une entrevue semi-structurée menée auprès du patient permet de compléter cette échelle. Celle-ci contient 57 items, dont 52 sont notés sur une échelle en cinq points et cinq sur une échelle en sept points. Les échelles sont pour la plupart de type Likert. Cinq dimensions sont principalement évaluées: 1- le travail, 2- les relations avec les personnes de la résidence, 3- les relations avec la famille éloignée, 4- les loisirs et les contacts sociaux, 5- le degré de bien-être personnel. On obtient également un score d'adaptation générale. Le questionnaire évalue chacune des dimensions sous deux angles : celui de la performance dans les rôles sociaux et celui des sentiments ressentis.

Rfrence de la traduction

Toupin, J., Cyr, M., Lesage, A., & Valiquette, C. (1993). Validation d'un questionnaire d'évaluation du fonctionnement social des personnes ayant des troubles mentaux chroniques. Revue Canadienne de Santé Mentale Communautaire, 12(1), 143-156.

Toupin, J., Cyr, M., Lesage, A. (1995). Échelle d’adaptation sociale-II, Manuel de correction et d’interprétation des résultats. Publication indépendante.

Population

L'étude de validation a porté sur 276 adultes (femmes = 48,4%, âge moyen = 40,8 ans). Les répondants souffraient ou avaient déjà souffert d'un trouble mental avec des manifestations psychotiques selon les critères diagnostiques du DSM-III-R.

Type de traduction

Traduction simple comparée à une traduction déjà existante et révision par comité. L'échelle a été adaptée pour correspondre à la réalité de personnes hébergées dans un hôpital ou dans une ressource protégée.

Prtest

Non mentionné.

Fidlit

Fidélité inter-juges: évaluée auprès de 64 adultes (femmes = 43,8%, âge moyen = 39,9 ans). Les médianes et l'étendue des coefficients kappa pour les dimensions ont été calculées: travail (0,85; 0,39-0,97), cohabitation (0,93; 0,75-0,99), relations avec la famille éloignée (0,78; 0,73-0,98), loisirs et contacts sociaux (0,94; 0,56-1,00), bien-être personnel (0,89; 0,60-0,95) et score global (0,74; 0,71-0,84);

Fidélité test-retest: évaluée auprès de 55 adultes (femmes = 47,3%, âge moyen = 38,9 ans). Les médianes et l'étendue des coefficients de corrélations de Pearson pour les dimensions ont été calculées: travail (0,74; 0,44-0,89), cohabitation (0,69; 0,33-0,81), relations avec la famille éloignée (0,69; 0,55-0,82), loisirs et contacts sociaux (0,72; 0,33-0,99), bien-être personnel (0,70; 0,56-0,77) et score global (0,89; 0,83-0,90);

Cohérence interne: puisque plusieurs items de l'EAS-II ne s'appliquent pas à tous les participants, des échelles indépendantes selon la matrice "personnes X items" ont été construites. Les valeurs alpha pour ces échelles (contenant entre 4 et 7 items) sont les suivantes: travail (0,81), cohabitation (0,65), relations avec la famille éloignée (0,47), loisirs et contacts sociaux (0,68), bien-être personnel (0,61) et score global (0,51);

La corrélation avec l'échelle globale et l'étendue des corrélations item-total sont respectivement: travail (0,51; 0,45-0,66), cohabitation (0,77; 0,18-0,56), relations avec la famille éloignée (0,58; 0,17-0,43), loisirs et contacts sociaux (0,60; 0,20-0,66), bien-être personnel (---; 0,24-0,54) et score global (---; 0,17-0,44);

Les corrélations inter-échelles s'étendent de 0,09 (famille éloignée vs loisir, contacts sociaux) à 0,50 (famille éloignée vs évaluation globale).

Validit

Validité de contenue:
Corrélation significative indiquant un fonctionnement supérieur du travail chez les femmes (F(1,273)=5,73; p<0,05). Les femmes ont aussi obtenu un score supérieur aux hommes à l'échelle globale (F(1,272)=4,09; p<0,05). Coefficients de corrélation modestes entre la durée des hospitalisations psychiatriques et les échelles travail (r=0,15), cohabitation (r=24) et loisirs et contacts sociaux (r=0,23). Aucune relation significative n'a été observée entre l'âge et les échelles de l'EAS;

Validité empirique:
corrélations de Pearson pour estimer la convergence entre le participant et le personnel soignant: travail=0,79 (n=18), cohabitation=0,31 (n=37), relations avec la famille éloignée=0,40 (n=45), loisirs et contacts sociaux=0,50 (n=43), bien-être personnel=0,65 (n=15) et score global=0,57 (n=50). Des relations significatives sont obtenues entre le diagnostic clinique et l'échelle de cohabitation (F(3,273)=6,83; p<0,001) de même qu'avec l'échelle loisirs et contacts sociaux (F(3,273)=6,83; p<0,001);

Sensibilité de l'EAS-II: les auteurs mentionnent que toutes les échelles discriminent significativement les groupes en fonction du type d'hébergement et du programme de soins.

Normes

Non mentionné.

Personnes ressources

Version originale: Nina R. Schooler, Ph.D.
Division Chief of the Schizophrenia research division
State University of New York Downstate Medical Centre
Téléphone : 718-270-4483
Télécopieur : 718-270-3355

Version française: Jean Toupin
Professeur titulaire, Département de Psychoéducation, Université de Sherbrooke
Téléphone: (819) 821-8000, ext.: 62437
Télécopieur: (819) 821-7235
Courriel: Jean.Toupin@USherbrooke.ca 

Lien vers l'instrument
Aucun
Webmestre | Ralisation du site | Politique de confidentialité | Retour au haut de la page